Joshua tree

Boulders, cactus, désert, et il fait toujours si chaud !
Les joshua trees forment de véritables forêts, peuplées de petits écureuils à la queue blanche. Arrivés à un point de vue sur cette mer de cactus, nous sommes attaqués par un gang d’abeilles assoiffées qui trouvent refuge sous notre voiture.
Nous faisons une pause-déjeuner dans les replis d’un boulder, et nous explorons les excavations, les sentiers et les jardins naturels que le désert a façonnés.

Paye tes Ray-Ban

L’étape suivante, Hidden Valley, est un cirque de pierre autrefois utilisé par la contrebande. Il fait chaud (47° C) ! Les lieux sont peut-être toujours une plaque tournante de la contrebande, car je trouve par terre une paire de Ray-Ban parfaitement neuves. Est-ce que Mère Nature cherche à compenser les Wayfarer dérobées par un torrent islandais, deux ans auparavant ?

La mine, le jardin et l’oasis

La balade suivante se nomme « Lost Horse Mine », et mène à la mine abandonnée qui a autrefois servi de demeure à un pionnier. Nicolas part explorer les ruines. D’authentiques débris de fer, un peu partout. Des trous creusés dans la terre servaient d’abris aux mineurs. Une bonne bâche par-dessus et le tour est joué, pourquoi construire une maison ?
Nous traversons ensuite le Cholla Cactus Garden, un jardin de petits cactus cotonneux sur fond de montagnes pelées. Ils ont l’air si doux vus de loin !
La seconde moitié du parc est rase, une véritable étendue désertique. Avant de partir, nous visitons une oasis. Le sentier est balisé car le site est contaminé (probablement par l’ancienne activité minière). Nicolas disparaît explorer un chemin, et je reste avec un beau gros lézard vert à tête rouge qui me fixe. Dans le ciel au dessus de nous, un rapace fait sa ronde d’inspection.

Leave a Reply