Une sollicitation permanente de tous les sens, des rues conçues pour inciter à la dépense, des gens surexcités. La sensation d’être toujours guidé vers quelque chose, sans vraiment l’avoir décidé.
Pas d’heure, de date, impossible de savoir s’il fait jour ou s’il fait nuit, des casinos pensés comme des labyrinthes dont il est quasi impossible de sortir. Le Strip, seul endroit (de tout le voyage) où il est permis de boire dans la rue.
Après avoir bullé longtemps à la piscine de l’hôtel, à enchaîner les tequilas sunrise, nous partons à l’assaut de la ville. Le Venetian, Venise en miniature, avec ses faux plafonds. Même concept pour Paris, avec son hôtel casino construit autour de la tour Eiffel. Idem pour New York, avec ses buildings, sa statue de la Liberté, ses… montagnes russes.
Les boutiques MnM’s et Coca Cola. Les fontaines du Bellagio. Le MGM Grand et le Rainforest Café, où nous dînons. Le Flamingo, Treasure Island et ses bateaux de pirates, le Caesar’s Palace (décadent). L’Excalibur et son château multicolore, le Mirage, le Circus Circus. Et d’autres encore.

Leave a Reply